Les Marats

Petite région naturelle du Barrois

Coordonnées : 48.88° N et 5.20° E

Superficie : 682 hectares

Altitude maximum : 300 m (La Vau Martin)

Altitude minimum : 225 m (Sur Gironde)

 

                                                   

                

 

 

      D’une superficie de 682 ha, les Marats s’étend sur 5 km du nors au sud et sur 3 km d’est en ouest. Son territoire est bordé par celui de Rembercourt au nord, des Erizes et de Rosnes à l’est, de Seigneulles au sud et de Condé à l’ouest.

 

     Les voies de communication qui traversent le village sont les routes départementales D155 (de Louppy le Château à Rosnes) D148 (de Beauzée sur Aire aux Marats) et l’ancienne voie romaine aujourd’hui D116 (de Bar le Duc à Erize la Petite où elle rejoint la fameuse Voie Sacrée).

 

      Le relief est marqué par un plateau à l’est qui penche légèrement vers l’ouest et se termine en une succession de petits vallons qui drainent les pluies tombant plus haut et donnant naissance à la rivière de la Chée. En effet sa source se situe à quelque mètre au sud est de Marat la Grande. La rivière s’écoule lentement en direction du nord-ouest et traverse les deux Marats avant de s’éloigner vers Condé en Barrois. Elle reçoit également les eaux des multiples affluents qui descendent des petits vallons alentours.

 

       Le sol repose sur l’étage géologique du Portlandien. On peut y différencier trois types de sols :

 

      ¤ Les calcaires à débris. Il s’agit de calcaires argileux, blanchâtres ou grisâtres et de calcaires « à moules » ou « à coquilles ». La base de cette formation est constituée par des argiles lumachelliques et des lumachelles calcaires (pierre châline). Les fossiles les plus fréquents sont : Pleuromya tellina, trigonia concentrica, gervillea linearis, exogyra virgula, exogyra bruntruna, natica, rostellaria ; plus rares : gravesia irius qui coexiste au niveau de la pierre châline avec gravesia gravesiana. L’épaisseur totale de ces niveaux est de 30 à 40 mètres.

      ¤ Les calcaires lithographiques. Le sommet est constitué par des calcaires argileux ou marneux (10-15 mètres) passant vers la base à des calcaires lithographiques blancs, gris ou jaunes. Les fossiles sont moins abondants. Ce sont gravesia gigas, fravesia gravesiana, aspidoceras longispinum.

      ¤ Enfin les alluvions récentes. Elles occupent le fond de la vallée près de la Chée. Elles sont constituées de niveaux lenticulaires de galets calcaires et de niveaux argilo-calcaire.

 

      Ouvert aux influences océanique et continentale, le village est soumis à un climat tempéré caractérisé par des saisons thermiques alternées. Le régime des températures alterne en effet une saison froide et une saison chaude, entre lesquelles s'intercalent les transitions tièdes du printemps et de l'automne. Si, sous la domination océanique adoucissante des flux d'ouest, les variations de températures restent modérées, on peut souligner les épisodes de «durcissement» climatique introduits sous l'effet de la continentalité : au coeur de l'hiver, des coulées d'air polaire, installées par un anticyclone froid, induisent un gel fort et prolongé parfois renforcé par un vent de nord-est. Ces journées glaciales, mais aux cieux limpides et ensoleillés, contrastent avec la canicule régulière d'un été souvent assez court. Ce régime thermique caractérise donc un climat de type océanique dégradé à nuances continentales.

 

Le volume annuel des précipitations oscille en moyenne autour des 1000 millimètres. Cet apport pluviométrique, étalé pour l'essentiel sur 150 à 200 jours, connaît son maximum absolu en saison froide, avec des épisodes neigeux. Une pointe de précipitations au printemps et le creux peu marqué de l'été, souvent orageux, soulignent encore le « gauchissement, climatique imposé par la continentalité.

 

                   

                   

                                   

      

  << Le Cadastre                                                                      Agriculture >> 

 

 

Accueil
Histoire
Recensements
Vie du Village
Le Cadastre
Paysage
Agriculture
Eglise XV-XVIème siècle
Procès verbal du 20 septembre 1707
Monuments Historiques
Saint-Médard
Les Calvaires
Le Lavoir
Monument aux Morts
Cartes Postales
Liens utiles
Contact
Paysage
© 2014 MARATS